Récapitulatif DreamHack Tours 2018

Il y a tout juste 14 jours, nous faisions notre lancement de structure et depuis ces 14 jours en question, nous avons déjà participé à notre première LAN, la fameuse, l’unique DreamHack Tours, tout en préparant déjà la suivante. C’est donc avec émotion et plaisir que nous partageons ces quelques lignes pour présenter notre retour sur la DreamHack Tours 2018 !

La DreamHack Tours, quésaquo ?

La DreamHack aka « Le plus grand festival numérique » (de quoi, ça, nous ne le saurons pas) comme le dit leur vidéo de présentation, revient en France cette année, du 19 au 21 mai 2018. Cette fois, la DreamHack Tours s’est déroulé au Parc des Expositions de Tours, un lieu un peu excentré quand on compare aux années précédentes. Avec 170.000 euros de cash-prize, la DreamHack Tours promet gros, et les grandes structures répondent à l’appel. Mais qu’en est-il réellement sur place ?

Une DreamHack pas comme les autres…

Le premier point, quand on parle des DreamHack Tours (et même de quasiment toutes les LANs), ce sont les problèmes techniques sur l’espace joueurs, qui entrainent des retards plus ou moins importants, et font râler les joueurs (sauf les vétérans qui sont déjà au stade suivant : blasé). Mais il est vrai que cette DreamHack Tours fût probablement pire que les précédentes (même celle avec le scandale concernant Orange). Outre les problèmes de connexion internet, qui donnait des latences de 100 à 1000ms, une défaillance électrique est venue simplement couper toute une partie de la LAN, pour certains en plein match. Probablement trop de branchements sur un même bloc électrique. Au final, deux jours d’instabilités, pour très peu de games entièrement achevées. Vous cumulez ensuite l’instabilité de certains jeux, comme Fortnite qui n’est pas prévu pour l’esport, et dont les « custom games » plantent si il y a trop de monde dessus, vous obtenez un résultat assez frustrant.

Mais rassurons nous, il n’y a pas eu que du négatif ! Le tournoi Hearthstone, fût un des seul épargné par ce chaos, étant dans l’autre hall (avec les stands), et donc sur d’autres connexions/lignes électriques. Notons par ailleurs que le tournoi était un Major de la scène, donc de nombreuses personnalités internationales, comme le joueur Tyler, y était présentes.

Autre surprise, des tournois Pokemon et Shadowverse qui ont fait pas mal de bruits du côté du Grand Hall, de par leur succès ! Il est toujours appréciable de voir la scène esport se diversifier et des jeux réussir là où on ne s’y attendait pas forcément.

Côté organisation, la DreamHack semblait avoir une bonne quantité de bénévoles pour l’aider, bénévoles qui étaient par ailleurs très amicaux, aidant comme ils le pouvaient. On sentait malgré tout qu’ils n’avaient pas toutes les clés en main, et se retrouvaient parfois à courir partout pour trouver une solution.

La DreamHack fût donc très contrastée côté joueurs, mais qu’en est-il côté visiteur ? Malgré un nombre de stands acceptables (ce n’est pas la Paris Games Week, après tout, mais on dépasse à peine la Gamers Assembly Poitiers), le public n’était pas spécialement présent. La distance de l’événement était peut-être un facteur qui n’a pas aidé, malgré le soleil sur les 3 jours. Le prix aussi ? Nous ne le saurons probablement jamais. Ce qui fût le plus dommageable, c’est de voir que certaines finales n’eurent aucun spectateur suite à ses retards côté joueurs. Petite pensée aussi au cascadeur Monster qui a fait ses figures en plein soleil sans aucun public.

Konix eSport X DreamHack Tours

Pour cette DreamHack Tours, Konix eSport est venu en force. 3 de nos 5 line-ups ont répondu à l’appel et se sont déplacées pour participer dans le but de donner le meilleur d’eux-mêmes. Certains sont des vétérans, d’autres connurent leur première LAN, mais tous furent portés par la volonté de gagner sous les couleurs Konix eSport.

Notre line-up Hearthstone s’est déplacée dans son ensemble pour l’occasion, Crazyy, Grosso et Mitch ayant souhaité représenter de leur mieux la structure pour cette première LAN, malgré la difficulté attendue pour un Major. Mitch nous a par ailleurs bluffé en exécutant un magnifique 4-4, se battant quasiment jusqu’à la fin pour obtenir le top 32.

Coté Fortnite, nous avons été agréablement surpris par nos petits nouveaux. Tout droit venus de H1Z1, ils se sont démarqués en atteignant la Division 1 des Warlegends il y a quelques semaines, et nous promettaient donc du beau jeu pour cette LAN. Et ce fut le cas, en passant le premier brassage, ainsi que quasiment le deuxième pour finir en finale du tournoi : un seul kill manquant, terminant à égalité avec l’équipe top 6, le karma ne nous a pas favorisé sur ce coup. Mais cette première expérience n’a que renforcer leur détermination à prouver de quoi ils sont capables.

Nos joueurs League of Legends, adeptes de l’Open Tour, nous ont montré que les poules ne leur faisaient pas peur. Ils sont sortis avec brio de ces dernières, jouant un énième match contre leurs confrères de chez MIF (qu’ils avaient joué à la LES et à la GA). Malheureusement par contre, l’arbre final ne fut pas en faveur des joueurs, les mastodontes de Vitality étant leur premier match, Konix eSport s’inclinera donc en top 16.

N’hésitez pas aussi à consulter une sélection de nos photos de la DreamHack Tours 2018 !

Prochaine étape : Montpellier !

Maintenant que nos équipes ont pu prendre leurs marques, nous allons pouvoir montrer de quel bois Konix eSport est fait pour la prochaine LAN qui arrive très vite : la Gamers Assembly Occitanie, le 2 et 3 juin. Cet événement est le premier d’une longue série, il vient remplacer la Montpellier eSport Show de 2017 qui, outre les difficultés d’organisation et les retards de LAN, avait eu des soucis post-événement avec l’organisateur principal… mais ça, c’est une autre histoire.

Nous espérons donc vous croiser à la Gamers Assembly Occitanie, n’hésitez pas à venir rencontrer nos joueurs et le staff présent, n’hésitez pas aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux, pour découvrir notre actualité au fil du temps ! Merci d’avoir lu !